Contact   Textes  Now   Bio  Cv Statement   ︎

Franco-Colombienne

Née à Granada, Colombie 1982

Vit et travaille entre Antioquia et Île de France

Master II Arts Plastiques spécialité Photographie et Art Contemporain, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis



{ Formation et Diplomes }


2012-2014 Master 2 Arts Plastiques spécialité Photographie et Art Contemporain, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis.

2011-2012 Master 1 Arts Plastiques spécialité Photographie et Art Contemporain, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis.

2009-2010 Licence 3 Arts plastiques parcours photographie, Paris VIII.

2010 Chambre photographique grand format, EPSAA, Ivry-Sur-Seine, France.

2009-2010 Langue et civilisation Française, Sorbonne.

2007-2008 Master 1 Etudes Urbains, Université EAFIT, Auditrice libre.

2006 ESL Rhode Island school, Providence, États-Unis.

2005 Photographie numérique, formation continue, EAFIT, Medellín, Colombie.

1999-2004 Pratique du théâtre, Directeur Hora 25 Farley Velasquez et Carola Martinez, Hora 25, EAFIT, Medellín, Colombie.

1999-2004 Bac+5, Grand Ecole de commerce, Administration et Marketing, EAFIT, Medellín, Colombie.

1998 Bac École Normal Supérieur, Antioquia, Colombie..




{ Bourses & Prix }

2020-2021 Prix 1er Edition Tribew, 65e Salon de Montrouge.

2021 Bourse Résidence ESTivants, Drac de l’Est.

2021 Bourse de soutient Traversées, sous la coordination du CIPAC, de la FRAAP et du réseau Diagonal avec le soutien du ministère de la Culture.

2020-2021 Bourse de production expo, 65e Salon de Montrouge, France.

2020 Bourse de résidence, Maison Jaune, Saint-Denis, France.

2019 Bourse de circulation et résidence du Ministère de la Culture de Colombie et du CAC Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombie.

2017 Bourse de production expo, Penser la Photographie, des images et des formes, CAC Synesthésie Mmaintenant, Saint-Denis, France.

2016 Bourse de recherche et résidence Nouveaux Rapports au Capital, Ministère de la Culture de Colombie et Fondation d’Art Contemporain Casa Tres Patios C3P, Medellín, Colombie.

2014 Bourse FSDI exposition individuelle, Paris 8, Saint-Denis, France.



{ Publication, presse & autres résidences / sélection }


2020-2021 La feuille et le sang, Catalogue 65e Salon de Montrouge, Texte Cécilia Becanovic.

2019 Antlia, Point contemporain, Article de Pauline Lisowski

2019 Antlia, Point contemporain, Article de Lorena Diaz

2017 (En)Construction, publication dans Catalogue Mois de la Photo du Grand Paris, Penser la Photographie, des images et des formes, co-commissaires Pascal Beausse y Alain Bernardini. Directeur Artistique François Hébel, Paris.

2017 Nature’s, Alter, Article ArtFacto, Carlos Uzcanga, Mexique DF.

2017 Alter, résidence collective d’1 an au 6b, Saint-Denis, Île de France.

2015 Résidence, Chocó, Colombie.

2015 Máquinas, publication photographies Jef Klak N°2 Bout d’Ficelle, Revue de critique sociale & d’expériences littéraires, Printemps/Été, Paris.

2015 Tant pis pour l’invisible, image sélectionné sur Paris Art et site de Main d’Œuvres, Paris 8.

2014-2015  Film collectif et artesanal en super 8, à la ZAD de Notre Dame des Landes, France.



{ Expositions Individuelles }


2019 Caribe Anárquico, Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombie.

2019 Antlia, micro-centre d’art L’Eprouvette, Paris.

2016 Oikos, con las manos en la tierra, Casa Tres Patios Fondation d’Art Contemporain, commisaire Tony Evanko, Medellín, Colombie.

2014 Monuments, Cube Noir Paris VIII Vincennes-St-Denis, commissaire Alain Bernardini, Saint-Denis, France.



{ Expositions collectives - Sélection }

2022 Journée JE, ESTivants, Drac de l’Est, Scènes et Territoires, Nancy, France 

2021- 2022 A-venir, Maison Jaune, comiassaire Julia López, St-Denis, France.

2019 - 2021 65e Salon de Montrouge (repoussé en 2021 suite à la crise sanitaire), co-commissaires Ami Barak et Marie Gautier, Montrouge, France.

2021 Vente virtuelle avec APP, initiatives collective et solidaire entre artistes de Colombie, online, Colombie.

2020 Cuerpos Confinados, exposition virtuelle avec le support du Musée Maczul, Venezuela.

2018 - 2017 Attaches, Cité internationale des Arts, année France/Colombie, commissaire Claire Luna, Paris, France.

2017 Penser la Photographie, Des images et des formes, Collectif Diaph 8, Mois de la Photo du Grand Paris, co-commissaires Pascal Beausse, Alain Bernardini, CAC Synesthésie Mmaintenant & Légion d’honneur, Saint-Dénis, France.

2017 Alter, 6b et Off Rencontres d’Arles, commissaire Dagara Dakin, Arles, France.

2017 Alter, Mois de la Photo du Grand Paris, Idem, 6b Saint-Dénis, France.

2015 Anatomías de la acción, Sélection Artistes visuels 2015, co-commissaires Mildred Duran, Maria

2015 Tant pis pour l’invisible, exposition diplômés Photo Paris 8, Mains d’œuvres, Saint-Ouen, France.




  

Catalogue 65e Salon de Montrouge, Installation Mestiza & Autónoma, Texte La Feuille et le Sang, Cécilia Becanovic, Paris, France, 2021.
Lien vers 65 Salon de Montrouge






(En)Construction , parution double page dans le Catalogue du Mois de la photo du Grand Paris, Paris, France, 2017.





Máquinas, publication de photographies sur Jef Klak N°2 Bout d’Ficelle, Revue de critique sociale & d’expériences littéraires,
Printemps/Été, Paris, 1000 exemplaires.
Lien vers la revue



___

Nacide en Granada, Colombia 1982

Vive y trabaja entre Antioquia e Isla de Francia

Master II Artes Plásticas, especialidad Fotografía y Arte Contemporáneo, París VIII, Vincennes - Saint Denis


{ Formación y diplomas }

2012-2014 Máster 2 de Artes Visuales en la especialidad de Fotografía y Arte Contemporáneo, París VIII, Vincennes - Saint Denis.

2011-2012 Master 1 Artes Plásticas, especialidad Fotografía y Arte Contemporáneo, París VIII, Vincennes - Saint Denis.

2009-2010 Licencia 3, Artes Plásticas, Fotografía, París VIII.

2010 Cámara fotográfica de gran formato, EPSAA, Ivry-Sur-Seine, Francia.

2009-2010 Lengua y civilización francesas, Sorbona.

2007-2008 Master 1 Estudios Urbanos, Universidad EAFIT, auditor libre.

2006 Escuela ESL Rhode Island, Providence, Estados Unidos.

2005 Fotografía digital, formación continua, EAFIT, Medellín, Colombia.

1999-2004 Práctica teatral, Director Hora 25 Farley Velásquez y Carola Martínez, Hora 25, EAFIT, Medellín, Colombia.

1999-2004 Escuela de Negocios, Administración y Mercadeo, EAFIT, Medellín, Colombia.

1998 Escuela Normal Superior Bac, Antioquia, Colombia.



{ Becas y premios }

2020-2021 Premio Tribew 1ª Edición, 65º Salón de Montrouge.

2021 Beca de residencia ESTivants, Drac de l'Est.

2021, Beca de apoyo Traversées,  bajo la coordinación del CIPAC, la FRAAP y la red Diagonal con el apoyo del Ministerio de Cultura.

2020-2021 Beca de producción de exposición, 65º Salón de Montrouge, Francia.

2020, Beca de residencia, Maison Jaune, Saint-Denis, Francia.

2019 Beca de circulación y residencia del Ministerio de Cultura de Colombia y CAC Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombia.

2017 Beca de producción de exposiciones, Penser la Photographie, des images et des formes, CAC Synesthésie Mmaintenant, Saint-Denis, Francia.

2016 Beca de investigación y residencia Nuevas Relaciones con el Capital, Ministerio de Cultura de Colombia y Fundación Arte Contemporáneo Casa Tres Patios C3P, Medellín, Colombia.

2014 Beca FSDI, exposición individual, París 8, Saint-Denis, Francia.


{ Publicación, prensa y otras residencias / selección }

2020-2021 La feuille et le sang, Catálogo 65e Salon de Montrouge, Texto Cécilia Becanovic.

2019 Antlia, Point contemporain, Artículo de Pauline Lisowski

2019 Antlia, Punto contemporáneo, Artículo de Lorena Díaz

2017 (En)Construction, publicación en el Catálogo Mois de la Photo du Grand Paris, Penser la Photographie, des images et des formes, co-curadores Pascal Beausse y Alain Bernardini. Director artístico François Hébel, París.

2017 Nature's, Alter, Artículo ArtFacto, Carlos Uzcanga, México DF.

2017 Alter, residencia colectiva de 1 año en 6b, Saint-Denis, Île de France.

2015 Auto-residencia, Chocó, Colombia.

2015 Máquinas, publicación fotografías Jef Klak N°2 Bout d'Ficelle, Revista de crítica social & de experiencias literarias, Primavera/Verano, París.

2015 Tant pis pour l'invisible, imagen seleccionada en la web de Paris Art y Main d'Œuvres, Paris 8.

2014 Película colectiva y artesanal en super 8, en la ZAD de Notre Dame des Landes, Francia.


{ Exposiciones individuales }

2019 Caribe Anárquico, Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombia.

2019 Antlia, centro de microarte L'Eprouvette, París.

2016 Oikos, con las manos en la tierra, Fundación de Arte Contemporáneo Casa Tres Patios, comisario Tony Evanko, Medellín, Colombia.

2014 Monuments, Cube Noir Paris VIII Vincennes-St-Denis, comisario Alain Bernardini, Saint-Denis, Francia.


{ Exposiciones de grupos - Selección }

2022 Journée JE, ESTivants, Drac de l'Est, Scènes et Territoires, Nancy, Francia

2021- 2022 A-venir, Maison Jaune, curadora Julia López, St-Denis, Francia.

2019 - 2021 65º Salón de Montrouge (aplazado a 2021 por la crisis sanitaria), co-curadores Ami Barak y Marie Gautier, Montrouge, Francia.

2021 Venta virtual con APP, iniciativas colectivas y solidarias entre artistas de Colombia, online, Colombia.

2020 Cuerpos Confinados, exposición virtual con el apoyo del Museo Maczul, Venezuela.

2018 - 2017 Attaches, Cité internationale des Arts, año Francia/Colombia, comisaria Claire Luna, París, Francia.

2017 Penser la Photographie, Des images et des formes, Collectif Diaph 8, Mois de la Photo du Grand Paris, co-curadores Pascal Beausse, Alain Bernardini, CAC Synesthésie Mmaintenant & Légion d'honneur, Saint-Dénis, Francia.

2017 Alter, 6b y Off Rencontres d'Arles, curador por Dagara Dakin, Arles, Francia.

2017 Alter, Mois de la Photo du Grand Paris, Idem, 6b Saint-Dénis, Francia.

2015 Anatomías de la acción, Selección de Artistas Visuales 2015, co-curada por Mildred Duran, Maria

2015 Tant pis pour l'invisible, exposición de posgrado Photo Paris 8, Mains d'œuvres, Saint-Ouen, Francia.


___

French-Colombian

Born in Granada, Colombia 1982

Lives and works between Antioquia and Île de France

Master II Plastic Arts, specializing in Photography and Contemporary Art, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis


{ Training and Diplomas }

2012-2014 Master 2 Plastic Arts specializing in Photography and Contemporary Art, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis.

2011-2012 Master 1 Plastic Arts, specializing in Photography and Contemporary Art, Paris VIII, Vincennes - Saint Denis.

2009-2010 Licence 3, Plastic Arts, Photography, Paris VIII.

2010 Large format photographic chamber, EPSAA, Ivry-Sur-Seine, France.

2009-2010 French language and civilization, Sorbonne.

2007-2008 Master 1 Urban Studies, EAFIT University, free auditor.

2006 ESL Rhode Island school, Providence, USA.

2005 Digital photography, continuing education, EAFIT, Medellín, Colombia.

1999-2004 Theatre practice, Director Hora 25 Farley Velasquez and Carola Martinez, Hora 25, EAFIT, Medellín, Colombia.

1999-2004 Bac+5, Business School, Administration and Marketing, EAFIT, Medellín, Colombia.

1998 Bac Superior Normal School, Antioquia, Colombia.



{ Scholarships & Awards }

2020-2021 Prize 1st Edition Tribew, 65th Salon de Montrouge.

2021 ESTivants Residence Grant, Drac de l'Est.

2021 Traversées support grant, under the coordination of CIPAC, FRAAP and the Diagonal network with the support of the Ministry of Culture.

2020-2021 Exhibition production grant, 65th Salon de Montrouge, France.

2020 Residence grant, Maison Jaune, Saint-Denis, France.

2019 Circulation grant and residency from the Ministry of Culture of Colombia and CAC Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombia.

2017 Exhibition production grant, Thinking Photography, images and forms, CAC Synesthesia Mmaintenant, Saint-Denis, France.

2016 Research grant and residency New Relations to Capital, Ministry of Culture of Colombia and Contemporary Art Foundation Casa Tres Patios C3P, Medellín, Colombia.

2014 FSDI grant solo exhibition, Paris 8, Saint-Denis, France.


{ Publication, press & other residencies / selection }

2020-2021 La feuille et le sang, Catalogue 65th Salon de Montrouge, Text Cécilia Becanovic.

2019 Antlia, Point contemporain, Article by Pauline Lisowski

2019 Antlia, Point contemporain, Article by Lorena Diaz

2017 (En)Construction, publication in Catalogue Mois de la Photo du Grand Paris, Penser la Photographie, des images et des formes, co-commissaires Pascal Beausse y Alain Bernardini. Artistic Director
François Hébel, Paris.

2017 Nature's, Alter, Article ArtFacto, Carlos Uzcanga, Mexico DF.

2017 Alter, 1 year collective residency at 6b, Saint-Denis, Île de France.

2015 Residency, Chocó, Colombia.

2015 Máquinas, publication photographs Jef Klak N°2 Bout d'Ficelle, Review of social criticism & literary experiments, Spring/Summer, Paris.

2015 Tant pis pour l'invisible, image selected on Paris Art and Main d'Œuvres website, Paris 8.

2014 Collective film and artesanal in super 8, at the ZAD of Notre Dame des Landes, France.


{ Individual Exhibitions }

2019 Caribe Anárquico, Plataforma Caníbal, Barranquilla, Colombia.

2019 Antlia, micro art center L'Eprouvette, Paris.

2016 Oikos, con las manos en la tierra, Casa Tres Patios Contemporary Art Foundation, Tony Evanko curator, Medellín, Colombia.

2014 Monuments, Cube Noir Paris VIII Vincennes-St-Denis, curator Alain Bernardini, Saint-Denis, France.


{ Group exhibitions - Selection }

2022 Journée JE, ESTivants, Drac de l'Est, Scènes et Territoires, Nancy, France

2021- 2022 A-venir, Maison Jaune, comiassaire Julia López, St-Denis, France.

2021 65th Salon de Montrouge (postponed to 2021 due to the health crisis), co-curators Ami Barak and Marie Gautier, Montrouge, France.

2021 Virtual sale with APP, collective and solidarity initiatives between artists from Colombia, online, Colombia.

2020 Cuerpos Confinados, virtual exhibition with the support of Maczul Museum, Venezuela.

2018 - 2017 Attaches, Cité internationale des Arts, France/Colombia year, curator Claire Luna, Paris, France.

2017 Penser la Photographie, Des images et des formes, Collectif Diaph 8, Mois de la Photo du Grand Paris, co-curators Pascal Beausse, Alain Bernardini, CAC Synesthésie Mmaintenant & Légion d'honneur, Saint-Dénis, France.

2017 Alter, 6b and Off Rencontres d'Arles, curator Dagara Dakin, Arles, France.

2017 Alter, Mois de la Photo du Grand Paris, Idem, 6b Saint-Dénis, France.

2015 Anatomías de la acción, 2015 Visual Artists Selection, co-curated by Mildred Duran, Maria

2015 Tant pis pour l'invisible, exhibition graduates Photo Paris 8, Mains d'œuvres, Saint-Ouen, France.





STATEMENT 2022

ES

El contexto de mi trabajo es la era del antropoceno y el feminismo. Utilizo la ecosofía de forma intuitiva para atravesar cuestiones sociales, ecológicas y mentales. Mi trabajo se nutre de mi subjetividad feminista, experiencias activistas alternativas y lecturas de Abya Yala y Francia, paisajes y viajes entre Colombia y Francia. El trabajo de campo es esencial en mi obra, seguido de documentos (fotos, sonidos y vídeos) de los que surgen signos, símbolos e iconografía. A partir de ahí, se crea una narrativa entre el documento y la ficción.



Mi investigación artística gira en torno a la fotografía, pero cruza todas las fronteras, ya sean plásticas, performativas, videográficas, geográficas o discursivas, para crear una obra proteica. A menudo vuelvo a mis fotografías que se convierten en instalaciones, estableciendo así una relación entre dos y tres dimensiones. La imagen se altera, se duplica, se escenifica, se pinta, se convierte en otro objeto. El espectador se enfrenta a formas y puntos de vista en los que las escalas, las cantidades y las posiciones transgreden el espacio expositivo. 



Actualmente, mi trabajo artístico se centra en la fotografía plástica, queriendo habitar los límites entre la fotografía de performance, la pintura, el objeto y la escritura semiconsciente. Veo estas prácticas como un espacio para investigar, representar e imaginar ecologías desviadas, en el sentido de que no obedecen a economías de mercado sino a prioridades de vida, cuidado y estética. Hoy exploro los documentos de ciencia ficción feminista como medio para activar imaginarios utópicos a través de cuerpos queer.


FR

Le contexte de mon travail est l’ère de l’anthropocène et le féminisme. J’utilise l’écosophie de manière intuitive pour traverser de sujets sociaux, écologiques et mentales. Ma création se nourrit de ma subjectivité féministe, d'expériences et de lectures militantes alternatives d’Abya Yala et françaises, de paysages et de voyages entre la Colombie et la France. La quête sur le terrain est essentielle dans mon travail, suivie de documents (photos, sons et vidéos) d'où émergent des signes, des symboles et une iconographie. À partir de là, un récit entre document et fiction est crée.

Ma recherche artistique gravite autour de la photographie, mais traverse toutes les frontières, qu'elles soient plastiques, performatives, vidéographiques, géographiques ou discursives, pour créer une œuvre protéiforme. Je reviens souvent à mes photographies qui deviennent des installations, établissant ainsi une relation entre la bidimensionnalité et la tridimensionnalité. L'image est altérée, doublée, mise en scène, peinte, devenue un autre objet. Le spectateur est confronté à des formes et des points de vue dans lesquels les échelles, les quantités et les positions transgressent l’espace d’exposition.

Actuellement, mon travail artistique porte sur la photographie plasticienne voulant habiter les frontières entre photographie de performance, peinture, objet et écriture semi consciente. J’envisage ces pratiques comme un espace de recherche, de représentation et d’imagination des écologies déviantes, dans le sens où elles n’obéissent pas aux économies du marché mais aux priorités de vie, de soin et d’esthétique. Aujourd’hui, j’explore des documents de science-fiction féministes comme un moyen d’activation d’imaginaires utopiques à travers les corps queer.


IN

The context of my work is the Anthropocene era and feminism. I use ecosophy intuitively to traverse social, ecological and mental issues. My creation is informed by my feminist subjectivity, alternative activist experiences and readings from Abya Yala and French, landscapes and travels between Colombia and France. The field research is essential in my work, followed by documents (photos, sounds and videos) from which signs, symbols and iconography emerge. From there, a narrative between document and fiction is created.



My artistic research revolves around photography, but crosses all boundaries, whether they are plastic, performative, videographic, geographical or discursive, to create a protean work. I often return to my photographs which become installations, establishing a relationship between two-dimensionality and three-dimensionality. The image is altered, doubled, staged, painted, becoming another object. The viewer is confronted with forms and points of view in which scales, quantities and positions transgress the exhibition space. 



Currently, my artistic work focuses on plastic photography, wanting to inhabit the boundaries between performance photography, painting, object and semi-conscious writing. I see these practices as a space for research, representation and imagination of deviant ecologies, in the sense that they do not obey market economies but rather priorities of life, care and aesthetics. Today, I explore feminist science fiction documents as a means of activating utopian imaginaries through queer bodies.



Photo d’atelier par Luca Nicolao, au 6b, 2019


           



LA FEUILLE ET LE SANG
Cécilia Becanovic
De Marcelle Alix
65 SDM

Dans une courte vidéo de 2015, Reconstruire une feuille, nous voyons un gros plan sur les mains de l’artiste colombienne Ana Tamayo, occupées à reconstituer une feuille d’arbre à la manière de Cocteau dans Le testament d’Orphée, lorsqu’il ressuscite par un fascinant mouvement à rebours une fleur d’hibiscus. Deux minutes suffisent à Ana Tamayo pour réunir les fragments de limbe foliaire autour de la nervure principale et ses nervures secondaires. Chez Cocteau et Ana Tamayo, ce geste défend un temps divergent et utopique. C’est l’image d’une transformation : celle de la rencontre avec le réel entrevu sous l’angle de la destruction commutée en une chose douce et apaisante. Si Cocteau mêle son sang au calice rouge vif de la fleur, Tamayo se soucie de lever un sens en mimant l’éternel retour de ce qu’on a cherché à faire disparaître, soit l’éternel retour de la « feuille » – symbole du métissage pour l’artiste – comme dépassement actif de toute tentative d’infériorisation ou d’amputation.

Une photographie de peau de papaye marquée par un couteau qui a divisé la chair du fruit en rectangles réguliers est un signe de plus. Chaque forme existante revisitée revient à évoquer des mains dans la terre, des cosmovisions indigènes et des traditions qui préservent les rêves, les souvenirs et les émotions. Ana Tamayo utilise une énergie affirmative en tant que femme et sa capacité à se mettre en relation pour évaluer le contexte écologique et se rapprocher des mouvements d’autonomie alimentaire issus des « premiers peuples libres » d’Amérique du Sud. La vidéo Lettre à Isaac, adressée à son fils, ressemble au bâton dans les roues préconisé par Henry David Thoreau. Tenu par des mains toujours plus nombreuses, il pourrait bien arrêter la machine.




TRANSFORMATIONS DES IMAGES POUR UN ARRÊT, REGARD SUR NOTRE MONDE

Sur la revue Point Contemporain

Par Pauline Lisowsky

http://pointcontemporain.com/ana-tamayo-antlia/


EN DIRECT / ANTLIA, EXPOSITION D’ANA TAMAYO : TRANSFORMATIONS DES IMAGES POUR UN ARRÊT, REGARD SUR NOTRE MONDE À L’ÉPROUVETTE, MICRO CENTRE D’ART, JUSQU’AU 19 NOVEMBRE 2019


Ana Tamayo observe notre manière de considérer la nature et notre rapport à l’habitat. Originaire de Colombie, elle interroge l’écart entre le lien direct avec la terre en son pays et le rythme de flux en ville. A partir des images, elle crée des œuvres qui nous invitent à nous poser des questions sur la perception du monde, de nos gestes et de ce qui nous faisons mais qu’on ne perçoit plus.

A l’éprouvette, micro centre d’art, elle présente trois œuvres qui créent des connexions entre elles et invitent à des allers-retours du regard. Un grand photomontage Antlia ou la machine pneumatique présente à première vue une carte du ciel, une constellation qui inspire à plonger dans un ailleurs des plus lointains. En se rapprochant, nous découvrons que ces étoiles sont en réalité des objets, un ensemble qui traduit la société de consommation. Antlia, signifiant pompe en latin, renvoie à une constellation initialement baptisée machine pneumatique, en hommage à l’invention de Denis Papin.

Lors de ses déambulations urbaines, Ana Tamayo fut captivée par la multitude d’objets dans les rues. Elle les prend en photo et constitue une archive de ces traces de présences, témoignage d’un état du monde.

« Je peux passer longtemps sur une image. Je fais de la photographie lente. Cela comporte plusieurs couches temporelles. C’est un traitement pictural où l’expérience du corps (que cela se voit ou pas, je pense à une action performative) est très présente. Jusqu’ici faisant un recul sur mon travail, quand je me confronte à l’image je fais un travail de semence long. Il se traduit par la recherche in situ, ce travail de terrain prend toujours un temps nécessaire. Ensuite je réalise un archivage et une étude des images qui s’écoule doucement dans un aller-retour d’observation, perception et recherche sur l’archive. Ensuite une iconographie ressort comme une synthèse du terrain, pour ensuite passer à la mise en espace où le travail d’installation, sculpture, transgression des lignes d’exposition y est fait. Je cherche à activer la scène par des performances et des actions. » explique-t-elle.
En cette image de ciel, ces d’objets se seraient évaporés ou se seraient transformés en une nouvelle matière. Cette évaporation renvoie à un matériel de construction d’une image, d’une idée.

Un ensemble d’avions de papier réalisés à partir de ces mêmes images compose des structures pendantes, potentiels éléments qui participeraient d’une architecture. Un aspect ludique émane de cette œuvre. Cumul convoque le geste d’une construction simple, un double sens du pli vers l’action du déplacement comme dans une dialectique. Vaisseo O constitué également d’images suggère ce voyage vers l’univers. Ce véhicule suggère une machine à transporter et à conduire vers le vide.

La photographie devient ici matière, module pour des propositions qui naissent en fonction des lieux. Ana Tamayo affirme avoir voulu créer un « arrêt sur la production et la diffusion d’images ». Ses œuvres évoquent notre rapport aux objets, à leur surproduction et à une consommation qui colonise notre habitat. L’artiste précise ainsi : « parfois les personnes peuvent passer rapidement sur les images sans se rendre compte des couches temporelles qu’elles impliquent. C’est une affaire de perception, seulement les plus curieux pourront les apprécier, rêver et philosopher autour d’elles. Ce n’est pas pareil vu de loin que de près, ce n’est pas pareil vu sur le web qu’en lieux d’exposition physique. C’est aussi différemment de gauche de droite ou à l’inverse du décor. C’est aussi cette multiplication de points de vue que peut porter la photographie et que je rends visible à travers de plusieurs formes. »

Son exposition condense plusieurs états de l’image, de la prise de vue d’un objet observé, à son pli, à sa réduction puis à sa transposition comme matériau de construction. Pour Ana Tamayo, « Il s’agit de déconstruire pour se construire et se reconstruire avec sensibilité, humanisme, éco-sophisme, conscience, mémoire et esthétique ». L’artiste nous incite à prendre le temps de regarder pour saisir ce que cache cette quantité d’images d’objets, un trop plein qui implique désormais un besoin de ralentir et de prêter attention aux petits êtres et à la nature, en bouleversement.






ANTLIA
Sur la revue Point Contemporain
Par Lorena Diaz
https://agenda-pointcontemporain.com/ana-tamayo-antlia-leprouvette-micro-centre-dart-paris/

EXPOSITION PERSONNELLE ANTLIA D’ANA TAMAYO À L’ÉPROUVETTE MICRO CENTRE D’ART JUSQU’AU 19 NOVEMBRE 2019.


L’éprouvette ouvre ses portes pour la saison 2019-2020 avec l’exposition ANTLIA de l’artiste Colombienne Ana Tamayo. Son œuvre est fortement marquée par une réflexion socio-politique et environnementale au sein de son pays d’origine. Ses œuvres nous proposent de multiples points de vue pour chaque sujet abordé, et souvent nous invitent à plonger dans une fiction.

ANTLIA réunit plusieurs pièces qui se déploient dans l’espace et se répondent :photomontage grand format, volume suspendu, pliages de documents photographiques. Le regardeur est confronté à l’immensité du cosmos, à sa vacuité. En réponse, des fragmentsdu quotidien, objets abandonnés dans la ville, viennent hanter l’espace d’exposition au travers d’un changement d’échelle. L’infiniment vide est fascinant ou dérangeant, selon l’état d’esprit, tout comme l’objet délaissé.

Ces œuvres proposent des bribes de narration, pour laisser le regardeur construire son propre récit. Antlia, signifiant pompe en latin, est le nom d’une constellation initialement baptisée machine pneumatique, en hommage à l’invention de Denis Papin. L’artiste déclenche une série de passerelles entre cette machine pneumatique et le système capitaliste, où le spectateur est invité à de nombreuses associations possibles : « La fiction dans Antlia est un bon moyen de créer un récit politique autre. Il s’agit d’un parallèle entre la machine de surproduction capitaliste et une machine à créer du vide. » Ana Tamayo

L’artiste s’empare de la photographie en poussant ses limites. L’image est altérée, découpée, fragmentée, scénographiée. Elle investit les objets et l’espace dans une mouvance qui questionne en permanence le statut de la photographie. Ces pièces protéiformes soulèvent des enjeux liés à la globalisation, tel le capitalisme exacerbé, ou le sacrifice de la nature au profit de l’économie.




MONUMENTS
Par Melissa Serrato

2015

https://paris.consulado.gov.co/sites/default/files/news/attachments/dossier_presse_anatomias_de_la_accion_f.pdf


L’artiste s’inspire de la vitalité de la nature, des circonstances dans lesquelles elle se manifeste, de son dynamisme, de ses traces, et de son caractère pour s’engager sur la frange hybride de l’image et du paysage.

Pour l’artiste, la géographie n’est pas un accident ou un accessoire décoratif mais une mise en scène à découvrir. Au fur et à mesure que l’artiste en fait l’expérience, celle-ci se matérialise dans un temps concret, un présent parfait. Elle forme ainsi son propre horizon et ouvre à partir de celui-ci une brèche dans le monde où elle vit pour appréhender et s’approprier un territoire concret.

Ses photographies fixes et en forme de diaporama de la forêt d’Orbais-l’Abbaye, au Nord-Ouest de la France, sont le résultat d’un questionnement personnel à propos de l’espace qu’elle habite. Elle entame sa quête en s’écoutant, sans rien programmer, elle n’attend rien, elle trouve. Ce qu’elle trouve n’est pas un lieu de plus, mais l’expérience qu’elle fait d’un environnement concret à partir de laquelle elle produit une série d’images photographiques. Elle s’empare alors de ces images, qui dévoilent des anatomies singulières, pour les transformer en des pièces sculpturales surdimensionnées.

Elle voit dans l’écorce d’un arbre non un simple morceau de bois mais un objet qui l’interroge car celui-ci bouleverse son approche de la vitalité de l’environnement. C’est alors qu’elle fait le dernier pas : elle le transforme en image.

Ses cadrages ne sont dès lors pas spontanés et hasardeux, ils sont pensés comme un témoignage, une mise en scène qu’elle découvre et qui passe d’une expérience sensorielle à une expérience esthétique. Son parcours dans la forêt est lié à la performance et au regard qu’elle porte sur le paysage pour le transformer en image.







︎anaisabeltamayo@gmail.com     Tel (+33) 623150434


+

Crédit photo Luca Nicolao, au 6b, 2019